Subcategories

Franck Thilliez, "Atomka"

Posted By: TimMa
Franck Thilliez, "Atomka"

Franck Thilliez, "Atomka"
Publisher: Fleuve Noir | 2012 | ISBN: 2265093564 | French | PDF/EPUB | 600 pages | 1.61+1.74 Mb

Entre le moment où s'arrête la vie et celui où commence la mort il existe une frontière. Certains l'ont explorée…
À quelques jours de Noël une affaire d'envergure démarre pour Lucie Hennebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, quai des Orfèvres. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue est amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un dossier explosif dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier détenu par un enfant errant très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis grâce à des coups de fil mystérieux à la police.
Tandis que l'enquête s'accélère, Sharko est confrontéà de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse. Un duel secret et cruel s'engage alors, détruisant le flic à petit feu…
Là-bas, il y a vingt-six ans

Il faisait bon vivre dans cette ville d'Europe de l'Est où le printemps était doux. Tard dans la nuit, Piotr et Maroussia Ermakov s'étaient approchés de leurs fenêtres pour assister à un spectacle unique. À environ trois kilomètres, des couleurs bleues, orange et rouges très vives avaient mordu le ciel. Les voisins étaient unanimes et communiquaient par balcons interposés : le spectacle était magnifique.
Le lendemain, malgré une certaine agitation dans les rues, les enfants continuaient à jouer torse nu dans le parc, à proximité de la grande roue et des auto-tamponneuses. Les paysans vendaient leurs légumes sur la place du marché et les femmes discutaient entre elles, malgré le grondement des hélicoptères et la cacophonie des sirènes perdues au loin. Il s'était passé quelque chose qui n'avait finalement rien d'amusant, là-bas, à l'horizon, mais, même si on en parlait, on s'en souciait peu. Ne leur avait-on pas dit que la ville était aussi sûre que le centre de la place Rouge ? Et puis, il s'agissait juste d'une usine en flammes dont on ne savait pas précisément ce qu'elle fabriquait et dont on ne parlait ni à la radio ni dans la Pravda. Il n'y avait donc pas à s'inquiéter.

Cinq jours plus tard, Andreï Mikhaliov profita du chaos dans lequel sombrait l'Empire soviétique pour pénétrer dans le bâtiment ultra-sécurisé, situé à douze kilomètres du lieu de l'accident et à cent dix kilomètres de Kiev. Autour, la forêt avait brûlé, mais sans la moindre trace de feu. Les troncs, les branches étaient couleur rouille et les feuilles semblaient avoir séché en une fraction de seconde, pareilles à des ailes de papillon grillées par le soleil. Andreï sentait une odeur particulière dans l'atmosphère, mais il était incapable de la définir. Il avait un goût caramélisé dans la bouche, comme si de la matière invisible se déposait sur les plombages de ses dents. Il jeta un oeil à l'instrument qu'il tenait dans la main : l'aiguille était bloquée à son maximum. Il ignorait précisément le temps dont il disposait, mais, parole de chimiste, il fallait agir le plus rapidement possible.
Depuis cette fameuse nuit, aucun chercheur officiel n'avait remis les pieds dans ce bâtiment classé top secret. Les documents et les protocoles étaient restés sur place, derrière les portes blindées et le barrage des gardes prêts à mourir pour le Parti en cas d'intrusion. Andreï avait accès à la plupart des anciennes villes interdites et des sites sensibles d'URSS, où l'on menait des recherches très précises. Il disposait par conséquent des autorisations pour atteindre le niveau le mieux protégé, sept mètres sous terre. Il croisa huit gardes - bien qu'ils fussent à usage unique et remplacés toutes les heures, deux d'entre eux saignaient déjà du nez - et prétexta un ordre de Gorbatchev lui-même. Il respira un grand coup quand il pénétra dans la pièce où s'étaient réunis secrètement les plus illustres biologistes, généticiens et physiciens d'Union soviétique, et où avaient eu lieu les plus terrifiantes expérimentations, auxquelles il avait participé.


Franck Thilliez, "Atomka"
EPUB - 1.74 Mb
UpLoaded.net | TurboBit.net
PDF - 1.61 Mb
UpLoaded.net | TurboBit.net