Edgar Morin, "La tête bien faite : Penser la réforme, réformer la pensée"

Posted By: TimMa
Edgar Morin, "La tête bien faite : Penser la réforme, réformer la pensée"

Edgar Morin, "La tête bien faite : Penser la réforme, réformer la pensée"
Seuil | 2014 | ISBN: 2020375036 | French | EPUB | 153 pages | 0.5 MB

Il est préconisé ici de réformer la pensée pour réformer l'enseignement et de réformer l'enseignement pour réformer la pensée.

Dans le sens de la réforme de la pensée, Edgar Morin propose les principes qui permettraient de suivre l'indication donnée par Pascal : " Je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties… " Ces principes conduisent au-delà d'une connaissance fragmentée qui, rendant invisible les interactions entre un tout et ses parties, brise le complexe et occulte les problèmes essentiels ; ils conduisent également au-delà d'une connaissance qui, ne voyant que des globalités, perd le contact avec le particulier, le singulier et le concret.

Ils conduisent à remédier à la funeste désunion entre la pensée scientifique, qui dissocie les connaissances et ne réfléchit pas sur le destin humain, et la pensée humaniste, qui ignore les acquis des sciences pouvant nourrir ses interrogations sur le monde et sur la vie.

D'où la nécessité d'une réforme de pensée, qui concerne notre aptitude à organiser la connaissance et permettrait la liaison des deux cultures divorcées. Dès lors pourraient réapparaître les grandes finalités de l'enseignement qui devraient être inséparables : susciter une tête bien faite plutôt que bien pleine, enseigner la condition humaine, initier à vivre, affronter l'incertitude, apprendre à devenir citoyen.

Revue de presse
Edgar Morin fait le point sur le problème de l'enseignement, du savoir et de sa transmission, en neuf chapitres courts et synthétiques, à la fois iconoclastes et érudits. Invité par Claude Allègre à diriger une commission de réflexion, il refuse de s'en tenir à un rapport convenu. "J'ai voulu partir des finalités et montrer comment l'enseignement, primaire, secondaire, supérieur, pouvait servir ces finalités", explique-t-il en préambule. Il s'attaque donc aux questions fondatrices, que la prudence politique ou la frilosité universitaire empêchent ordinairement d'aborder de front : ainsi, celle de la parcellisation des connaissances qui, chaque année un peu plus, dissout littéralement le savoir dans une hyperspécialisation à la fois savante et inculte. L'auteur nous propose de réapprendre à penser une approche d'ensemble du réel et de la complexité. Pour nous-mêmes et pour nos "écoliers". – Idées clés, par Business Digest