Tags
Language
Tags

Jules Michelet, "Histoire de France", tomes 1-3

Posted By: TimMa
Jules Michelet, "Histoire de France", tomes 1-3

Jules Michelet, "Histoire de France", tomes 1-3
2013 | ISBN: 2849902462 | Français | PDF | 1538 pages | 18+22+15 MB

L’Histoire de France est le chef-d’œuvre de Michelet (1798-1874). Edition présentée par Paul Viallaneix et Paule Petitier…

Tome 1 - La Gaule, les invasions, Charlemagne
C’est dans son palais d’Aix qu’il fallait voir Charlemagne. Ce restaurateur de l’Empire d’Occident avait dépouillé Ravenne de ses marbres les plus précieux pour orner sa Rome barbare. Actif dans son repos même, il y étudiait, sous Pierre de Pise, sous le Saxon Alcuin, la grammaire, la rhétorique, l’astronomie ; il apprenait à écrire, chose fort rare alors. Il se piquait de bien chanter au lutrin, et remarquait impitoyablement les clercs qui s’acquittaient mal de cet office. Il trouvait encore du temps pour observer ceux qui entraient ou sortaient de la demeure impériale. Des jalousies avaient été pratiquées à cet effet dans les galeries élevées du palais d’Aix-la-Chapelle. La nuit il se levait fort régulièrement pour les matines. Haute taille, tête ronde, gros col, nez long, ventre un peu fort, petite voix, tel est le portrait de Charles dans l’historien contemporain. Au contraire, sa femme Hildegarde avait une voix forte ; Fastrade qu’il épousa ensuite exerçait sur lui une domination virile. Il eut pourtant bien des maîtresses, et fut marié cinq fois ; mais à la mort de sa cinquième femme, il ne se remaria plus, et se choisit quatre concubines dont il se contenta désormais.

Tome 2 - Tableau de la France,les Croisades, Saint-Louis
Le grand mouvement de la croisade ayant un instant tiré les hommes de la servitude locale, les ayant menés au grand air par l’Europe et l’Asie, ils cherchèrent Jérusalem, et rencontrèrent la liberté. Cette trompette libératrice de l’archange, qu’on avait cru entendre en l’an 1000, elle sonna un siècle plus tard dans la prédication de la croisade. Au pied de la tour féodale, qui l’opprimait de son ombre, le village s’éveilla. Cet homme impitoyable qui ne descendait de son nid de vautour que pour dépouiller ses vassaux, les arma lui-même, les emmena, vécut avec eux, souffrit avec eux, la communauté de misère amollit son cœur. Plus d’un serf put dire au baron : "Monseigneur, je vous ai trouvé un verre d’eau dans le désert ; je vous ai couvert de mon corps au siège d’Antioche ou de Jérusalem." Il dut y avoir aussi des aventures bizarres, des fortunes étranges. Dans cette mortalité terrible, lorsque tant de nobles avaient péri ; ce fut souvent un titre de noblesse d’avoir survécu. L’on sut alors ce que valait un homme. "

Tome 3 - Philippe Le Bel, Charles V
L’Histoire de France de Michelet enfin éditée en poche.
" Philippe-le-Bel avait été élevé par un dominicain. Il avait pour confesseur un dominicain. Longtemps ces moines avaient été amis des Templiers, au point même qu’ils s’étaient engagés à solliciter de chaque mourant qu’ils confesseraient un legs pour le Temple. Mais peu à peu les deux ordres étaient devenus rivaux. Les dominicains avaient un ordre militaire à eux, les Cavalieri Gaudenti, qui ne prit pas grand essor. A cette rivalité accidentelle il faut ajouter une cause fondamentale de haine.
Les Templiers étaient nobles ; les dominicains, les Mendiants, étaient en grande partie roturiers (. ). Dans les Mendiants, comme dans les légistes conseillers de Philippe-le-Bel, il y avait contre les nobles, les hommes d’armes, les chevaliers, un fonds commun de malveillance, un levain de haine niveleuse. Les légistes devaient haïr les Templiers comme moines ; les dominicains les détestaient comme gens d’armes, comme moines mondains, qui réunissaient les profits de la sainteté et l’orgueil de la vie militaire. (. ) Le coup ne fut pas imprévu, comme on l’a dit. Les Templiers eurent le temps de le voir venir. Mais l’orgueil les perdit ; ils crurent toujours qu’on n’oserait. ".