Tags
Language
Tags

Mort à Venise (Visconti 1971)

Posted By: bpesti
Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)

XviD | 1,17 GB | 2:05 min | couleur | français ET/OU english | 940 kb/s | 576 x 352 | Audio : Dolby AC3, 48,000 Hz 192 kb/s , mono
RAR Recovery 4% | no subtitle

Adapté de la nouvelle La Mort à Venise, de Thomas Mann
Film italien. Genre : Drame
Durée : 2h 11min. Année de production : 1971
Titre original : Morte a Venezia
Avec Dirk Bogarde, Silvana Mangano, Marisa Berenson, Björn Andresen
Réalisé par Luchino Visconti

Festival de Cannes 1971 : Prix du 25e anniversaire du Festival international du film, décerné à Luchino Visconti pour Mort à
Venise et l'ensemble de son œuvre.

Un compositeur vieillissant vient chercher à Venise une atmosphère propice à l'épanouissement de son art. N'y trouvant aucune
inspiration, sa passion se réveille à la vue d'un jeune adolescent.

L'action se déroule en 1911, à la Belle Époque, dans une Venise visitée par la bourgeoisie insouciante, avant les drames qui vont
surgir. Dans l'hôtel de luxe où il loge, Gustav von Aschenbach, vieux compositeur en villégiature (très librement inspiré de Gustav
Mahler), est troublé par un jeune adolescent androgyne, le Polonais Tadzio, qui semble incarner l'idéal de beauté éthérée à
laquelle il a désespérément tenté de donner expression dans ses créations.
Ce déconcertant garçon ayant, par des regards croisés, pris conscience de sa fascination, l'artiste rêve de l'aborder, et en vient
à remettre en question les certitudes de sa vie tout entière.
Dans une ville qu'il sait en proie à une épidémie de choléra cachée par les autorités, Aschenbach, au lieu de fuir, s'enfonce dans
la déchéance (songeant à alerter la famille du jeune Polonais), puis meurt sur la plage du Lido après avoir une dernière fois
contemplé Tadzio, son bien-aimé à qui il n'aura jamais osé parler.


Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)

Mort à Venise (Visconti 1971)




Please, no mirror.